Un distributeur d’eau intelligent

Sous la houlette de Georges Schutz et après une demande de la commune de Wormeldange, le CRP Henri Tudor a créé MoGREPo, un système de gestion de l’eau potable qui pourrait bien révolutionner notre manière de consommer et de préserver l’eau de notre planète bleue.
 

Wormeldange, une petite commune qui dénombre 2.600 habitants, une vingtaine de vignerons et cinq bassins d’eau, se retrouve confrontée à deux problèmes.
Le premier est la régulation du niveau dans les bassins, le second concerne le système de la tarification qui a été modifié par le SIDERE (Syndicat intercommunal des eaux de la région de l’Est) et qui impose maintenant une limite de consommation journalière à ne pas dépasser, sous peine d’amende.

Face à ces deux ennuis, la commune a demandé à une équipe du CRP Henri Tudor de réaliser une étude afin d’analyser son réseau de bassins et la consommation réelle de la commune afin de trouver une solution pour pouvoir tout contrôler.
Georges Schutz, responsable, et David Fiorelli, ingénieur de recherche, ont piloté ce projet d’un budget de 800.000 euros. Prévu sur trois ans, le projet s’étendra sur quatre ans pour, au final, donner naissance à MoGREPo (Modèle de Gestion des réseaux d’eau potable), un système d’interconnexions de tous les bassins par ordinateur.
L’idée, assez simple, consiste à pouvoir réguler, grâce à un seul ordinateur, le niveau d’eau dans les différents bassins afin de pouvoir distribuer plus intelligemment l’eau. Une initiative facile à comprendre mais plus complexe à mettre en musique car plusieurs critères entrent en jeu: prendre en compte la limite journalière de 690 m3 à ne pas dépasser tout en veillant à laisser une réserve disponible à tout moment pour les pompiers, la qualité de l’eau et garder le flux le plus constant et homogène possible.

Dans un premier temps, l’équipe de six personnes dirigées par Georges Schutz a récolté, analysé et étudié les consommations d’eau de la commune en prenant soin de bien noter les variations de calendriers comme les vacances ou les périodes de vendanges. Par la suite, les phases de tests de MoGREPo ont toutes eu lieu sur simulateur informatique afin de ne pas perturber la distribution en eau de la commune.

MoGREPo a été installé sur un premier bassin cette année. «Les autres suivront», assure Georges Schutz. C’est que la transformation d’un bassin est un long et fastidieux travail de trois mois car il faut modifier la tuyauterie, installer les vannes à moteur, réaliser les différents réglages informatiques et télécoms, sans oublier les sondes qui mesureront le niveau, les pressions, la température et l’humidité.

Les premiers résultats ne seront connus qu’au bout de quelques mois mais «peu de mauvaises surprises» sont attendues.
MoGREPo fait d’ailleurs déjà mouche puisque certains syndicats commencent à s’intéresser à cette révolution technique. Il en va de même pour les autres communes qui se retrouvent plus ou moins face au même problème que Wormeldange. D’ailleurs, Georges Schutz l’assure: «MoGREPo pourrait s’adapter à n’importe quelle commune». Bien entendu, chacune ayant sa propre moyenne de consommation, il faudrait préalablement refaire une récolte de données pour pouvoir adapter le système mais, la base reste la même.

Mesurer à combien s’élève la consommation de chaque ville, pouvoir appliquer les prix les plus justes aux consommateurs et ne plus gaspiller, sont autant de possibilités qu’offre MoGREPo, rejoignant ainsi une directive européenne qui souhaite rendre les prix aussi clairs… que l’eau.   FC

  • Facebook
  • Twitter