Immobilier & bâtiment

L’énergie mise au service du secteur de la construction

Par LG le 3/02/2017


Nous offrons un concept de formation innovant pour répondre aux besoins émanant des métiers de la construction

Depuis bientôt cinq ans, la Fédération des Artisans, la Chambre des Métiers, l’Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment (IFSB) et myenergy joignent leur expérience et leurs ressources dans le cadre de la fondation de l’initiative «LuxBuild 2020». Christiane Conrady, conseillère à la direction chez myenergy et coordinatrice du projet LuxBuild, revient avec nous sur la naissance de l’initiative et son avenir au cours des prochaines années, décisives dans le milieu de la construction.

 

Parlez-nous des grandes lignes du projet «LuxBuild 2020».

A l’origine, le projet vient de l’initiative européenne «Build up Skills» dont la Commission européenne a demandé une déclinaison au niveau national dans chacun des états membres. Ainsi, au Luxembourg, l’initiative «LuxBuild» a été créé grâce à la collaboration de la Fédération des Artisans, de la Chambre des Métiers, de l’IFSB et de myenergy. Celle-ci s’attèle à la qualification des artisans dans le secteur de la construction dans les domaines de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. De plus, son objectif est d’assurer une bonne exécution des constructions à haute efficacité énergétique.

Au cours de la première phase du projet, nous avons étudié la question de la qualification des artisans et des initiatives à mettre en place pour l’améliorer. Nous avons alors établi une feuille de route qui a abouti à l’identification de quatre piliers dont la responsabilité a été partagée parmi les quatre partenaires. Myenergy s’occupe donc de communiquer au sujet des initiatives réalisées dans le cadre du projet, la Chambre des Métiers développe des formations innovantes, la Fédération des Artisans recherche et établit des structures pour assurer la qualification de tous les métiers concernés et enfin, l’IFSB se charge de faciliter l’accès à la formation, notamment en aidant les entreprises à demander un financement à l’Etat par rapport à celles-ci.

Grâce à cette première phase analytique nous avons identifié certains besoins sur le marché et nous avons, lors de la deuxième phase, initié un processus de formation permettant d’y répondre.

 

Qu’est ce que le «Défi 2017» ?

Le défi 2017 est clair: à partir de cette année, toutes les nouvelles constructions doivent correspondre aux exigences des classes énergétiques AA. Ainsi, depuis 2014, nous avons encouragé les entreprises à faire suivre à leurs collaborateurs des formations en vue de leur faire acquérir les compétences nécessaires à l’appréhension de ce nouveau type de construction.

Dès l’année dernière, nous avons organisé plusieurs séances d’information sur le défi et sur les réglementations relatives à celui-ci lors desquelles des entreprises ayant déjà réalisé un projet de construction à haute efficience énergétique avaient présenté leurs bonnes pratiques aux autres sociétés du secteur. Ainsi, les participants à ces séances ont pu découvrir les opportunités et les avantages que ce défi apporte avec lui.

 

Un des volets du projet concerne les formations. Quel en est leur contenu?

La Fédération des Artisans a créé deux centres de compétences à partir d’un référentiel proche de la demande de formation émanant des métiers du parachèvement et du génie technique.

La Chambre des Métiers a mis en place un concept de formation innovant qui suit trois modèles. Premièrement, des cours théoriques et pratiques sur la maison passive ont été proposés au public. Ces formations s’adressent tant aux cadres d’une entreprise qu’à la main d’œuvre de chantier; elles sont donc adaptées à la fonction d’une personne et à sa position dans la société.

Deuxièmement, la Chambre des Métiers a conçu des formations pour devenir formateur interne dans sa propre entreprise afin d’assurer la transmission des compétences aux collaborateurs et des outils pédagogiques innovants comme la «AAA box» qui reprend dans un grand coffre des pièces spéciales relatives à la construction d’une maison passive ainsi que des informations détaillées sur ces produits et leur utilisation. Cette boîte est déclinée en plusieurs modèles comprenant différents outils en fonction du métier ciblé.

Enfin, les petites entreprises n’ayant pas les ressources humaines nécessaires pour opter pour cette solution, peuvent quant à elles faire appel à un formateur externe.

Grâce au guichet LuxBuild2020 conçu par l’IFSB, toute l’information relative à ces formations, aux services d’accompagnement et à la réglementation seront disponibles sur le site internet de l’initiative.

L’application mobile myAAA – Liz Reitz, chef de projet chez myenergy

Nous avons créé l’application myAAA dans le but de fournir un outil d’information et de sensibilisation sur les maisons à haute performance énergétique au public. En y jouant, les utilisateurs pourront apprendre à vivre dans une telle maison et à en utiliser les dispositifs.

L’application est divisée en trois grandes parties à savoir un quiz portant sur les modes de planification d’une telle maison, un dictionnaire des termes techniques liés à ce nouveau standard énergétique et un serious game en 3D comportant quatre niveaux. Dans toutes les pièces de la maison, de petits écrans clignotent et invitent l’utilisateur à résoudre un exercice en lien avec une maison AA. Des indices l’aident à répondre de manière à ce que tout le monde finisse par trouver les bonnes réponses.

De plus, des pièces «myenergy» sont cachées dans la maison et peuvent être récoltées dans le but de participer à un jeu concours pour lequel six participants sont tirés au sort tous les trois mois et peuvent gagner des cadeaux smart adaptés aux maisons connectées. Si l’application existe aujourd’hui en français, elle sera disponible prochainement en allemand et en anglais.    MC

Be Sociable, Share!

Par LG le 3/02/2017