News

15 mars 2017, 6ème anniversaire du conflit syrien : Handicap International dit « Stop aux bombardements des civils »

Par LG le 13/03/2017


La crise en Syrie est loin d’être terminée

« Non la guerre en Syrie n’est pas finie », interpelle Mélanie Broquet, responsable du suivi et de la coordination des programmes d’urgence liés à la crise syrienne pour Handicap International. Elle était de passage ce vendredi 10 mars à Luxembourg avec une délégation de Handicap International pour  rencontrer certains représentants politiques luxembourgeois et faire le point de la situation sur le terrain. En effet, depuis 6 ans, les Syriens sont victimes d’un conflit marqué par des bombardements indiscriminés et d’une rare intensité. Entre septembre et décembre 2016, une moyenne de 94 attaques par jour impliquant des armes explosives a été enregistrée. L’association appelle les parties prenantes au conflit à cesser toute utilisation d’armes explosives en zones peuplées et la communauté internationale à condamner fermement cette pratique, et à s’engager pour y mettre fin.

 

Victimes civiles : des chiffres alarmants

Ce vendredi 10 mars, une délégation de Handicap International menée par Mélanie Broquet, responsable du suivi et de la coordination des programmes d’urgence liés à la crise syrienne, a rencontré Monsieur Mars di Bartolomeo, Président de la Chambre des Députés, Monsieur Marc Angel, Président de la Commission des Affaires étrangères et européennes, Monsieur le Ministre Romain Schneider ainsi que la Direction des Affaires politiques du Ministère des affaires étrangères et européennes pour leur faire part des constats alarmants que les équipes de Handicap International font quotidiennement en Syrie et dans les pays limitrophes.

Depuis 2011, plus de 400 000 Syriens ont trouvé la mort et plus d’un million ont été blessés. Près de 5 millions de personnes ont dû fuir le pays et 6,5 millions d’autres ont été déplacées en son sein, un très lourd bilan humain qui, malheureusement, ne cesse d’évoluer. Chaque mois, 30 000 personnes sont blessées en Syrie par les violences liées au conflit. Actuellement, 13,5 millions de personnes ont besoin d’assistance humanitaire en Syrie.

 

« Un bombardement toutes les 15 minutes en Syrie »

Les Syriens, réfugiés ou déplacés, sont victimes d’un conflit marqué par l’utilisation massive et répétée des armes explosives. Selon un recensement de l’International NGO Safety Organisation (INSO), 8656 attaques impliquant des armes explosives ont eu lieu en Syrie entre le 26 septembre et le 28 décembre 2016, soit 72 % des incidents répertoriés. Cela représente une moyenne quotidienne de 94 attaques, sous la forme de bombardements ou de pilonnages.

L’utilisation des armes explosives en zones peuplées est devenue d’une intensité inouïe : selon une étude menée par l’Integrated Regional Information Network (IRIN), l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées était responsable de 48 % des victimes civiles en 2012. Cette proportion a presque doublé en 2016 pour atteindre 83 %.

« Les bombardements et les pilonnages sont devenus la règle dans le conflit en Syrie. Ils ont atteint une épouvantable intensité avec des effets dévastateurs sur les populations civiles, déclare Mélanie Broquet, responsable du suivi et de la coordination des programmes pour la crise syrienne pour Handicap International. Des villes entières sont détruites ; la population est traumatisée. Il n’y a pas une famille que l’on rencontre qui n’ait pas connu le deuil. Il faudra des générations pour remettre le pays debout quand le conflit sera terminé. »

 

Des déplacements massifs de population

Handicap International a publié en septembre dernier un rapport Qasef : Escaping the bombs, qui montre que l’utilisation massive des armes explosives en zones peuplées est une des causes premières du déplacement de plus de 11 millions de Syriens, soit la moitié de la population du pays. Les témoignages recueillis par Handicap International font état de déplacements multiples : terrorisés, les Syriens se déplacent jusqu’à 25 fois pour fuir les bombardements successifs avant de trouver un refuge sûr. Ces déplacements répétés sont la cause de situations de grande précarité et d’une grave détresse psychologique.

« Les anecdotes vont au-delà du concours de circonstance, si les gens cherchent un refuge, c’est pour ne pas mourir sous les bombes. Les Syriens que je rencontre dans les camps de réfugiés me disent avoir perdu leur maison, leurs souvenirs, leurs rêves…, » témoigne Mélanie Broquet.

 

Destruction des infrastructures

Les infrastructures essentielles au fonctionnement du pays (hôpitaux, écoles, canalisations, centrales électriques, etc.) sont détruites. Selon les Nations unies, entre janvier et septembre 2016, 101 attaques ont entrainé la destruction d’hôpitaux ou de centres de santé en Syrie. 84 écoles ont été attaquées en 2016, d’après l’Unicef. Au total depuis le début du conflit, plus de 7 000 établissements scolaires ne peuvent plus être utilisés parce qu’ils sont détruits ou endommagés, qu’ils servent d’abris à des familles déplacées ou qu’ils sont utilisés par des forces armées.

« Le Droit international humanitaire impose de protéger les civils lors des conflits », insiste Martin Lagneau, directeur de Handicap International Luxembourg. « Les armes explosives, y compris des armes illégales comme les sous-munitions et les mines antipersonnel, sont utilisées en zones peuplées avec des effets dévastateurs sur les populations civiles. Ces pratiques doivent être fermement et systématiquement condamnées par la communauté internationale. » 

 

A propos de l’intervention de Handicap International dans la crise syrienne

Depuis le début de son intervention en 2012, Handicap International est venue en aide à près de 600 000 personnes et leurs familles. Près de 10 000 personnes ont été appareillées par l’association (prothèses et orthèses incluses). Plus de 80 000 personnes ont bénéficié de séances de rééducation physique et fonctionnelle en cinq ans.

www.facebook.com/hiluxembourg

www.handicap-international.lu

 

Communiqué de presse Handicap International

Copyrights photo © C. Chibaeff / Handicap International

Légende photo :

Délégation de Handicap International à l’Hôtel de la Chambre des Députés le vendredi 10 mars 2017, Martin Lagneau, directeur de Handicap International Luxembourg, Marc Angel député et président de la Commission des Affaires étrangères et européennes, Mélanie Broquet, responsable du suivi et de la coordination des programmes d’urgence liés à la crise syrienne pour Handicap International, Mars Di Bartolomeo, président de la Chambre des Députés et Pierre Delandmeter, président de Handicap International Luxembourg.

Be Sociable, Share!

Par LG le 13/03/2017