News

Recherche & formation

A quelques clics du savoir

Par LG le 3/04/2018


Nous sommes responsables de l’organisation et de la qualité du volet pédagogique des formations

L’année 2018 s’annonce riche en collaborations et développements pour la House of Training. Etendant son offre de formations sous la forme de parcours, la fondation vient par ailleurs de signer un partenariat avec France Université Numérique afin de compléter son panel de cours présentiels par des modules disponibles sur une plateforme d’e-learning. Luc Henzig, CEO, et Muriel Morbé, Head of Programme Management and Operations, nous dévoilent les prochaines évolutions à venir.

 

Quel est le rôle assumé par la House of Training?

LH: La House of Training est née de l’initiative de la Chambre de Commerce et de l’ABBL souhaitant créer leur centre de formation professionnelle continue afin de développer les compétences dans les entreprises. Ainsi, nous nous positionnons comme une fondation d’utilité publique offrant des cours issus de notre catalogue ou bien organisés en entreprise sur demande, avec un contenu créé sur-mesure.

Nos formations sont réparties selon quatre catégories; les formations pour le dirigeant d’entreprise, celles pour les activités de support, les formations sectorielles et enfin les formations de développement personnel.

Au niveau de nos clients, le secteur financier est le plus demandeur de formations et représente à lui seul environ 60% de nos cours. Les derniers cursus ajoutés à notre programme concernent par exemple la directive MiFID II.

 

Quels sont vos projets concernant la plateforme d’e-learning?

LH: Nous venons de signer un contrat avec France Université Numérique, qui est la plus grande plateforme francophone d’e-learning. Au Luxembourg, nous nous adressons à une population à 70% francophone. Dans le but de développer rapidement notre offre, nous avons donc décidé de nouer ce partenariat nous permettant de compléter notre panel de formations en ligne avec du contenu de qualité conçu par les plus grandes universités et écoles francophones que nous adapterons au marché luxembourgeois.

MM: Nous passons actuellement en revue les cours de la plateforme pour sélectionner les plus pertinents. Au dernier décompte, 100 d’entre eux ont retenu notre attention; à terme, nous devrions ainsi proposer environ 300 nouvelles formations tirées de cette sélection sur notre propre plateforme. Ces cours multidisciplinaires seront principalement intégrés à nos cours de dirigeants d’entreprises et à nos formations sectorielles.

LH: Cette plateforme sera opérationnelle et accessible en ligne en octobre prochain. L’offre de cours en ligne sera donc alimentée dès le départ et structurée selon les quatre catégories de formations que nous proposons. Si un contenu en ligne est disponible, l’intéressé pourra choisir soit l’outil e-learning soit un cours présentiel ou bien une combinaison de ces deux solutions. L’atout de l’e-learning est qu’il est peu coûteux, nous ne sommes donc pas obligés d’avoir un minimum d’inscrits pour pouvoir les proposer.

MM: Notre objectif reste toutefois de favoriser les cours présentiels puisqu’ils permettent un approfondissement et un échange d’expériences et de points de vue que la formation en ligne ne permet pas. La formation professionnelle continue que nous proposons permet aussi aux participants de se créer un réseau en échangeant avec les formateurs ou les autres participants. Cependant, la plateforme e-learning permettra à certains d’avoir un aperçu de la matière avant de s’inscrire à un cours présentiel ou encore de s’y préparer ou de l’approfondir selon ses besoins et envies. De plus, la plateforme permettra d’entretenir un dialogue avec le créateur du contenu par écrit.

 

Parlez-nous des partenariats établis par la House of Training.

MM: Avec l’aide de la Chambre de Commerce et des fédérations compétentes dans chaque domaine, nous souhaitons aujourd’hui développer des cours encore mieux adaptés aux besoins réels des entreprises des différents secteurs et proposer davantage de formations opérationnelles axées sur la pratique.

LH: Dans ce cadre, nous collaborons par exemple très étroitement avec l’OAI dont la plupart des formations passent par la House of Training. On distingue deux types de formations dans ce secteur; la première est axée sur la manière de gérer un bureau d’architectes et d’ingénieurs et correspond à une formation d’entrepreneuriat adaptée à ce secteur. La seconde reprend des cours opérationnels mis à jour en fonction de l’actualité. Ainsi on y retrouve des formations dédiées aux nouvelles normes pour la construction de maisons passives, à la création de plans en 3D, à l’utilisation du BIM,… L’OAI est responsable du contenu et de l’orientation stratégique, mais nous les épaulons à ce niveau pour assurer la qualité des formations. Ainsi l’offre est rassemblée en un seul endroit et est structurée de manière à facilement mettre à jour leurs compétences.

MM: Notre objectif pour 2018 est de proposer davantage de parcours dans différents secteurs et regroupant différents thèmes pour que les participants puissent avoir une certification attestant des compétences acquises à différents niveaux. Dans ce contexte, on peut noter le partenariat avec l’ABBL avec laquelle nous avons récemment développé notre nouveau programme MiFID II pour le secteur bancaire et financier. C’est d’ailleurs dans ce secteur que nous sommes les plus avancés dans la proposition de parcours avec plusieurs niveaux (débutant, avancé et expert) à destination de différents publics cibles.

LH: A la fin du parcours, des certificats attestant du suivi de la formation sont délivrés et cosignés par les ministères, nos partenaires ou autres institutions correspondant à la formation suivie, ce qui donne une valeur supplémentaire au certificat. Si la House of Training est responsable de l’organisation de la formation et de la qualité de son volet pédagogique, nos partenaires ont quant à eux la responsabilité de la qualité du contenu.

 

Par LG le 3/04/2018