News

Recherche & formation

LISER : Présentation du rapport annuel

Par LG le 6/06/2018


Pour relever le défi de la mobilité, le LISER dispose d’une expertise administrative solide

2017 fut une année très riche pour le LISER tant au niveau scientifique – avec la publication d’un nombre accru de travaux de recherche et l’organisation de moult conférences prestigieuses, qu’en termes d’interactions avec la société et les principaux partenaires de l’institution – avec de nombreux travaux d’expertise et d’information fournis et toute une série d’événements grand public organisés.

Au niveau interne aussi, l’année fut particulièrement constructive. Elle fut marquée par le recrutement d’un nouveau directeur du département « Développement urbain et mobilité », le Professeur Martin Dijst, et une restructuration de la plateforme « Données et Enquêtes » de l’institut. L’investissement engagé dans la plateforme a abouti à renforcer significativement l’expertise méthodologique de l’équipe ainsi qu’à la doter d’une structure permettant d’optimiser l’allocation des ressources et d’assurer une qualité toujours accrue des prestations fournies tant pour la recherche que pour la société.

Une production scientifique prolifique

Le LISER réaffirme ainsi son positionnement dans le paysage de la recherche socio-économique tant au niveau européen qu’au niveau local. ​
En 2017, le LISER a produit un total de 164 publications (une augmentation de 45% par rapport à 2016) réparties comme suit : 71 articles dans des revues à comité de lecture, 11 articles dans des revues sans comité de lecture, 3 ouvrages, 21 chapitres dans des ouvrages à comité de lecture, 8 actes de conférence, 17 rapports à des organisations internationales, 8 à des organisations nationales et enfin, 25 publications dans les collections du LISER (working papers et rapports).

Des projets phare représentatifs des activités de l’Institut
A travers ses trois départements de recherche et sa plateforme d’enquêtes et de données, l’Institut est impliqué dans de nombreux projets, dont 28 sont financés par des fonds de recherche compétitifs, et 34 font l’objet de partenariats de recherche.
* • Département Développement Urbain et Mobilité
SMART BOUNDARY (financement FNR – En collaboration avec le laboratoire Théma, Université Bourgogne Franche Comté – CNRS, France). Ce projet vise à explorer la croissance urbaine dans les environnements transfrontaliers en s’appuyant sur un automate cellulaire spécialement développé à cet effet. Différents scénarios de croissance, dont une “frontière active”, ont été testés sur l’espace transfrontalier luxembourgeois, Strasbourg-Kehl et Besançon).
CROSSWATER (financement FNR – En collaboration avec l’Université de Bern et le SNF) – Réglementation de la micro-pollution transfrontière en Europe – L’un des principaux défis de la gestion environnementale est d’adapter l’échelle spatiale de la réglementation à des problèmes environnementaux spécifiques. La pollution des eaux transfrontalières en général, et plus spécifiquement la réglementation de la micro-pollution posent dans ce contexte une problématique particulière. En effet, les différentes juridictions tendent à produire des solutions politiques diverses et à mettre en œuvre des instruments divergents pour s’attaquer au même problème dans le même bassin hydrologique. Dans ce projet de recherche, une approche interdisciplinaire a été adoptée, combinant l’analyse des flux de masse, les sciences politiques et la géographie économique.

* • Département Conditions de vie
SIMDECO (financement FNR) – Ce projet vise à développer de nouvelles méthodes pour expliquer les différences d’inégalité des revenus observées entre les pays de l’Union Européenne. Il vise en particulier à examiner le rôle joué par les différences entre les systèmes d’imposition et de transferts sociaux, les différences dans la structure de l’emploi et du marché du travail et par les différences dans la structure démographique des pays étudiés.

Net-SILC3 – Third Network for the analysis of EU-SILC – (financement CE) – Ce réseau de recherche coordonné par le LISER et financé par la Commission européenne rassemble des experts issus de 17 institutions européennes : neuf institutions appartenant au Système Statistique Européen (SSE) et huit institutions académiques. Les experts de Net-SILC3 réalisent des travaux méthodologiques et des analyses socio-économiques de haut niveau au départ des données EU-SILC (couvrant à la fois les dimensions transversales et longitudinales) ; ils développent aussi des outils et des approches communes concernant divers aspects de la production de données pour l’ensemble du SSE. Sur la période 2018-2020, Net-SILC3 organisera six événements internationaux majeurs impliquant des participants issus des 28 Etats membres et de quelques pays non-UE qui effectuent l’enquête EU-SILC : quatre “Best practice workshops” et deux conférences “Comparative Statistics on Income and Living Conditions”.

* • Département Marché du Travail
CHILDCARE (financement FNR) – Accueil de la petite enfance – Dans la majorité des pays de l’OCDE, il existe un large consensus sur les politiques en faveur de l’accueil de la petite enfance comme un moyen de promouvoir le développement des enfants, lutter contre les inégalités et supporter l’emploi des mères. Or, malgré l’importance des enjeux et le coût de ces politiques, on manque encore de connaissances scientifiques sur la façon dont se comportent les différents acteurs en jeu : les parents, les services d’éducation et d’accueil et les pouvoirs publics. L’objectif de ce projet est de combler ce manque : comprendre comment se forment les choix des familles, des services d’éducation et d’accueil et des pouvoirs publics, analyser les politiques en place (le Chèque-service accueil au Luxembourg) et proposer des politiques alternatives en fonction des objectifs (parfois conflictuels) des pouvoirs publics.
WORKAGEING (financement FNR) – Le projet qui a démarré en 2017 vise à expliquer la participation des seniors sur le marché du travail selon deux axes. Le premier se réfère à la perception des employés quant à leur employabilité ainsi qu’aux conditions de travail. Le second, placé sous l’angle des entreprises, se concentre sur le comportement des employeurs en matière de demande de main-d’œuvre (rétention et embauche), sur les pratiques managériales spécifiques aux employés âgés ainsi que sur les subventions à l’embauche. Se basant sur une analyse de l’enquête Conditions de travail et Qualité de vie au travail mené en 2013 par le LISER, les premiers résultats montrent que les employés de plus de 50 ans ayant suivi un programme de formation ont tendance à vouloir quitter leur entreprise, ce qui n’est pas le cas pour les moins de 50 ans. Aussi, le partage d’information entre employés réduit les intentions de quitter l’entreprise chez les plus de 30 ans.

Des enquêtes qui touchent la société
Trois enquêtes ont été réalisées par le LISER sur les revenus et les conditions de vie, sur la santé et enfin la mobilité en 2017.
L’enquête annuelle EU-SILC (Statistiques de l’Union européenne sur le revenu et les conditions de vie) réalisée pour le compte du STATEC et coordonnée par EUROSTAT a pour objectif de collecter des données sur le revenu, la pauvreté, l’exclusion sociale, le travail, l’éducation, la santé et les conditions de vie afin de produire des indicateurs nationaux et européens pour le suivi de la pauvreté et de l’inclusion sociale dans l’UE.
L’enquête panel européenne biennale SHARE (Survey on Health, Ageing and Retirement in Europe) – L’enquête SHARE, première enquête européenne sur la santé, la retraite et le vieillissement, est conduite au Luxembourg tous les deux ans à la demande du gouvernement luxembourgeois. Elle fournit des informations précieuses et essentielles sur les conditions de vie après 50 ans. L’objet principal de cette troisième vague d’enquête porte sur le vécu des personnes interrogées à travers les étapes importantes de leur vie, allant de leur vie privée : partenaires et enfants, au logement et au travail, aux questions détaillées sur la santé et les soins de santé. Les données collectées permettent d’adapter les politiques publiques aux besoins des personnes et de contribuer à l’amélioration des conditions de vie durant la vieillesse.
Enquête mobilité des employés dans les Zones d’activités de la Région Sud – En collaboration avec le Ministère du Développement Durable et des Infrastructures, PRO-SUD, le Verkéiersverbond et le LISER, cette étude a été menée pour analyser les pratiques et les besoins en terme de mobilité des employés des entreprises sur ces zones d’activité, d’analyser les comportements individuels de mobilité des employés et d’identifier des leviers d’action pour améliorer la mobilité quotidienne vers ces zones.

Thèses doctorales

Le LISER encadre des doctorants inscrits à l’Université de Luxembourg ou dans des universités étrangères partenaires. Ces étudiants sont formés dans le domaine des sciences sociales, pour ainsi mener des recherches scientifiques, conformément aux normes internationales en matière d’éthique et de protection des données.
Au cours de l’année qui s’est écoulée le LISER a supervisé 30 doctorants. Trois d’entre eux ont défendu leur thèse avec succès. L’un a poursuivi sa carrière au sein du LISER, le second a rejoint une université à l’étranger et le dernier s’est orienté vers le secteur privé.

Mobilité des chercheurs

La mobilité internationale est devenue aujourd’hui un enjeu majeur et une priorité pour les chercheur·e·s comme pour les établissements de recherche.

La mise en place par la Commission européenne d’une Charte européenne du chercheur et d’un Code de conduite pour le recrutement des chercheurs en constituent les éléments centraux.

En effet, dans ces deux documents, la Commission européenne considère non seulement que « toutes les formes de mobilité » doivent être encouragées dans le cadre d’une politique globale des ressources humaines en R&D, tant aux niveaux national, régional qu’institutionnel. Mais elles doivent aussi être entièrement reconnues dans les systèmes d’évaluation et d’avancement de carrière des chercheur·e·s, puisqu’elles sont, je cite: “une précieuse contribution au développement professionnel du chercheur”.

Depuis quelques années déjà, le LISER s’est engagé à favoriser l’application de cette Charte et de ce Code, et pour se donner les moyens d’atteindre cet objectif, a mis en place un programme visant à développer les compétences de ses ressources humaines

Institut ouvert, multiculturel et multilingue, le LISER se positionne depuis quelques années comme un véritable acteur de la recherche en socio-économie en Europe et la mobilité internationale fait aujourd’hui partie intégrante de la vie des chercheur·e·s.

Dans le cadre de sa stratégie interne “pro mobilité” pour ses chercheurs, le LISER a depuis longtemps pris conscience des avantages avérés de rapprocher les chercheurs et les institutions de recherche étrangères et encourage vivement ces échanges internationaux, ayant pour finalité un enrichissement mutuel des connaissances et une expérience de vie unique.

Mais qu’est ce qui fait la force du LISER du point de vue de la mobilité ?

Tout d’abord : son implication au sein de nombreux partenariats avec des institutions internationales, dans le monde entier, et sa participation active aux réseaux de mobilité européens et internationaux.

Ensuite : le fait que le LISER soit membre du réseau Euraxess, (une initiative de la Commission européenne qui facilite la mobilité des chercheurs dans 40 pays membres et associés de l’Union) favorise une recherche d’excellence à l’échelle européenne et internationale.

De plus les chercheurs du LISER peuvent profiter d’une opportunité de congé scientifique de six à douze mois, pour développer un projet avec une institution de recherche à l’étranger, par le biais notamment, du programme INTER-MOBILITY du Fonds National de la Recherche.

Enfin, le LISER est également attentif à développer son attractivité à l’international dans le but de recruter toujours davantage de chercheurs internationaux de talent au sein de ses équipes de recherche.

Comme vous pouvez le constater, le LISER souhaite se positionner comme un véritable atout dans le parcours des chercheurs qui choisissent notre Institut pour compléter leur cursus, faire progresser leur carrière et effectuer une recherche de qualité.

C’est pourquoi, la stratégie de développement scientifique du LISER se construit autour de l’interdisciplinarité et de l‘excellence; en s’appuyant sur le développement de collaborations internationales visant à enrichir ses programmes et projets de recherche et à promouvoir son rayonnement scientifique.

Les avantages de la mobilité

Nous pouvons en distinguer plusieurs :
* • Le développement et le partage des savoir-faire et des connaissances entre les chercheurs et les institutions
* • La poursuite de l’amélioration constante des standards de qualité de notre recherche, de nos chercheurs et de nos productions scientifiques
* • Le progrès scientifique en sciences humaines et sociales est l’une de nos priorités de recherche au travers de notre contribution à l’innovation
* • L’augmentation et le renfort de nos partenariats au travers de la co-création et le co-développement de la recherche
* • La coopération internationale au travers du montage et développement de projets communs dans un contexte multiculturel
* • Et enfin l’internationalisation qui passe par la participation croissante à des consortiums européens et des networks internationaux

Tous ces éléments sont une source importante d’opportunités pour des réalisations concrètes, comme par exemple l’échange d’étudiants, ou de chercheurs ou encore la concrétisation de projets de recherche communs.

Notre présence dans les réseaux internationaux nous permet aussi d’influencer les décisions qui orienteront l’avenir de l’espace de recherche luxembourgeois et européen à moyen et à long terme.

Quelques chiffres sur la mobilite au liser

* • Plus de 100 institutions partenaires du LISER à travers le monde
* • 33 chercheurs en visite, dont 23 en provenance d’un pays de l’Union européenne
* • 34 doctorants en supervison
Le LISER encadre des doctorants inscrits à l’Université de Luxembourg ou dans des universités étrangères partenaires. Ces étudiants sont formés dans le domaine des sciences sociales, pour ainsi mener des recherches scientifiques, conformément aux normes internationales en matière d’éthique et de protection des données.
* • 4 nouveaux post-docs européens

Ces quelques données montrent le dynamisme du LISER et son attractivité à l’international.

Et ne l’oublions pas, pour relever le défi de la mobilité, le LISER dispose d’une expertise administrative solide. En effet, les équipes du support à la recherche encadrent les chercheur·e·s dans tous les aspects de la mobilité, du montage de projet et à la recherche de financements, jusqu’à la valorisation des résultats de recherche issus de cette mobilité, en passant par l’organisation de leur visite, et la mise à disposition de nos infrastructures.

 

communiqué par le LISER

Par LG le 6/06/2018